vendredi 6 septembre 2013

VUES / BLICK - Michel Bonvin - Photographies 2008 - 2013


DU 14 SEPTEMBRE AU 22 NOVEMBRE 2013
VERNISSAGE : SAMEDI 14
SEPTEMBRE, A 17h00, 
EN PRESENCE DU PHOTOGRAPHE
--------------------------
THEÂTRE DU CROCHETAN : Rue du Théâtre 6 - 1870 Monthey, Suisse.
Tél. : +41 (0)24 475 79 11
HORAIRES : lundi-vendredi, 9h - 12h, 14h - 18h
+ les soirs de spectacles 14h - 23h/minuit 
Exposition au Crochetan

A cette occasion :
- Présentation de la monographie consacrée au photographe (Textes de Silvio Do Nascimento et Julia Hountou)
- Projection du documentaire d’Alexandre Bugnon (26 min.) : "Ich bin ein Walliser - De l'art d'être un artiste valaisan à Ber
lin" avec Michel Bonvin & Léonard Bertolet.

+ 19h30, BAL LITTERAIRE, sur l'esplanade du Théâtre du Crochetan
Entrée libre. Règles du jeu ici.

+ 21h30 AU FOYER DU CROCHETAN : CONCERT STRACCIA MUTANDE Feat. David Doyon and guests. Rock, jazz obsessionnel :
David Doyon : guitare
John Menoud : guitare, saxophone alto, électronique
Laurent Waeber : saxophone alto et baryton
Louis Schild : basse, voix
Francesco Miccolis : batterie
Bernard Schlaepfli : textes
et autre invité

+ 23h DJs Cotechino e Zampone : Set obscur de musique à travers le monde des 20's à nos jours !


© Michel Bonvin, Gleisdreieck, Berlin, 2012

 
Né en 1978 à Sion, Michel Bonvin vit et travaille entre l'Allemagne et la Suisse. L'exposition présentée ici porte sur l'ensemble de ses préoccupations artistiques : son travail personnel sur le paysage, sur l'architecture, ses travaux de commande en collaboration avec des designers, des architectes et, une sélection d'images de son quotidien Am Sonntag (Le dimanche). La scénographie est conçue tel un itinéraire autobiographique réunissant les différentes facettes de ce photographe valaisan, bénéficiaire d’une résidence à Berlin en 2009.

A travers un mélange des codes (travaux personnels et commandes) alternant sans cesse photographies construites et scènes saisies sur le vif, Michel Bonvin nous entraîne dans le quotidien berlinois et valaisan, en se jouant parfois des clichés culturels et identitaires. Le visiteur est balloté entre les mœurs valaisannes (convivialité, tradition vinicole...) et la culture berlinoise (mode, vie nocturne...).

À l'ère de la multiplication et du développement massif des moyens de transport tendant à annihiler la distance et le temps qui séparent les lieux, le photographe interroge également la notion de mobilité à travers des univers, des contextes et des atmosphères photographiques distincts. Au fil de la visite, les images s'enchaînent : à l’arbre solitaire au pied du Piton des neiges sur l'île de la Réunion, succèdent d'énigmatiques architectures sonores situées sur la côte sud de l'Angleterre ou de somptueux paysages helvétiques et germaniques... Par ces associations visuelles fécondes, Michel Bonvin joue sur la perte de repères et brouille les pistes : le monde se lit à travers une multitude de points de vue, d'un extrême à l'autre mais toujours avec le même regard, rigoureux et obsessionnel.

Comme pour souligner cette pluralité, le titre de l’exposition Vues / Blick[1] joue sur deux types d’observations distinctes, l’une contemplative et l’autre plus spontanée. Si cette traduction - délibérément décalée - suggère deux approches photographiques différentes et un jeu sur des registres d’images très variés, elle induit également l’usage alterné des deux langues (français / allemand) et la variation des deux cultures avec lesquelles Michel Bonvin compose à sa guise.

Ses photographies constituent ainsi le reflet de notre société profondément plurielle. Elles mettent en tension plusieurs territoires et nous incitent à réfléchir aux différentes pratiques, valeurs, esthétiques et sensibilités. Posant la question du rapport à autrui, du particulier et de l'universel, cette approche métissée nous convie à questionner notre propre construction culturelle, dans notre singularité et notre relation au monde.

Extrait du texte de Julia Hountou, curatrice


[1] Augenblick : jeter un regard, un coup d’œil.

© Michel Bonvin, Lac de Géronde, 2011



Aucun commentaire:

Publier un commentaire