mardi 3 juillet 2012


Aux dépens du réel, Christian Lutz
Texte de Julia Hountou
Entretien par Eva Cousido
Éd. Musée de Bagnes
208 pages, 22 × 28 cm, CHF 55.-

Un livre, édité par le Musée de Bagnes, accompagne l’exposition de Christian Lutz.
Celui-ci présente sept séries d’images intitulées :
— Balkans / Macédoine, Bulgarie, Albanie, Turquie, Grèce, Roumanie, Bosnie / 1995-2002
— Bahia / Salvador de Bahia, Brésil / 1999-20001
— Outwest / Oregon, Etats-Unis / 2006-2008
— Mourides / Sénégal / 2008-2009
Protokoll / 2003-2006
Tropical Gift / Nigeria / 2009-2010
— Vegas / Las Vegas, Etats-Unis / 2011

Préférant le terme de « monographie » à celui de « rétrospective » et celui de « série » à « chapitre », Christian Lutz perçoit son travail comme un processus, un mouvement, qu’il ponctue dans ce catalogue de commentaires extraits d’un entretien mené par Eva Cousido.

En fin d’ouvrage, Julia Hountou, docteur en histoire de l’art, se penche elle sur le travail de Christian Lutz sous le titre « Christian Lutz, un ouvreur de brèches / Du documentaire humaniste à la fictionnalisation du réel » (pp. 185-200) :

« Intransigeant et rigoureux, le «regard» documentaire de Christian Lutz livre depuis plus de quinze ans des observations significatives sur la condition humaine. (…) Ses photographies de 1995 à aujourd’hui, sélectionnées pour cet ouvrage, se présentent tel le parcours cohérent d’un auteur documentaire dont la conscience politique ne cesse de s’affûter.
L’itinéraire proposé s’organise en sept séries photographiques agencées de manière à révéler l’évolution de la démarche. Dans les trois premières, relatives à ses séjours dans les contrées balkaniques (1995-2002), au coeur de Bahia (1999-2001) et dans le quotidien d’éleveurs de bétail nord-américains de l’Oregon (2006-2008), les photographies se succèdent dans un flot social empreint de lyrisme, révélant la poésie du quotidien. Les sujets anonymes se muent en protagonistes de l’histoire que chaque image raconte. Son intérêt pour les particularismes humains l’amène également à s’immiscer dans la communauté mouride sénégalaise (2008-2009) où il explore le pouvoir religieux. Dans le même temps, il se consacre aux codes liés au pouvoir politique dans la série Protokoll (2003-2006) qui traduit son engagement. De retour en Afrique, il se penche sur les conséquences écologiques et sanitaires désastreuses de l’exploitation pétrolière au Nigeria (2009-2010), avant de poursuivre son parcours photographique aux Etats-Unis, à Las Vegas (2011) où il explore cette fois la face cachée de la ville et révèle les stigmates d’une logique économique implacable. En mettant en lumière diverses valeurs dans ses photographies, il questionne notre positionnement. (…) » (Extrait du texte de Julia Hountou)




Exposition Aux dépens du réel, Christian Lutz
Musée de Bagnes, Le Châble (Suisse), 1er juillet - 9 septembre 2012, tous les jours de 14 h à 18 h.
Vernissage : le samedi 30 juin, à 17 heures, au Musée de Bagnes.
Photographies également visibles sur le Barrage de Mauvoisin et le Tour des 700 ans (Suisse).

Et Carte Blanche à Pierre-Antoine Grisoni et Mario del Curto, Lit de pierre - Le Rhône pas à pas, sur les pâturages de Verbier.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire