samedi 30 mai 2009

"Il y avait dans l’air une douceur de miel éteint...", Villa d'Este, Tivoli (Italie) avril 2009


« Il y avait dans l’air une douceur de miel éteint, avec des teintes orange et ocre, bien chaudes, et puis le tintement des petites émeraudes à la cheville de Clarine. Des oiseaux sont entrés dans la lumière. Ils se sont mis à picorer les miettes de brioches autour des fauteuils. » Yannick Haenel, "Chapitre 9 - Clarine", Cercle, éd. Gallimard, coll. folio, Paris, 2007, p. 74.

« J’ai vu un corps s’envoler, et maintenant c’est ma vie qui s’envole. Je suis avec les oiseaux, la nuit parmi les plumes ; je veille sur le sommeil des oiseaux, je me répète la phrase de Rimbaud : « Ma vie s’envole, elle flotte loin au-dessus de l’action. » Elle n’est plus qu’un souffle où voltigent couleurs et parfums, où de nouveau, porté par des phrases qui me destinent au temps, j’ai une vie." Yannick Haenel, "Chapitre 8 - Hôtel Cascade", Cercle, éd. Gallimard, coll. folio, Paris, 2007, p. 68.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire