samedi 30 mai 2009

"Il y a eu des journées parfaites..." Villa Médicis, Rome, avril 2009



« Il y a eu des journées parfaites. (...) Des journées où la lumière est le seul sujet ; où le passage des couleurs dans les arbres assouplit le silence. Entre le jour et la nuit, il n’y a plus de différence. (...) Les angles n’existent plus. On ne voit que le vide, et alors les oiseaux arrivent.
L’itinéraire de mes journées faisait dans ma tête comme des ailes de papillon, les mille nuances cousues de soie qui composent une aile de papillon. Il y a des extases lentes, qui s’ajustent l’une à l’autre, comme une guirlande. (...) À toute heure, on est là, de plus en plus là, et en même temps, on est de moins en moins présent. Le détachement glisse le long des apparences. »

Yannick Haenel, Cercle, « Chapitre 12, Jourdain », éd. Gallimard, coll. folio, Paris, 2007, p. 103.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire